Aussi disponible sur

Google Podcasts

Ismail Bargach est CEO et CoFondateur de Wafr, une Fintech qui propose des réductions sur les produits de grande consommation pour des achats réalisés chez les épiciers, via une application de paiement mobile
Ismail est animé depuis toujours par un esprit de compétition qu’il entretient plus jeune par des courses de quad sur des circuits de motocross. Il explique également son parcours de serial entrepreneur par son désir de se forger un destin et d’ownership, d’avoir la possession de ce qui se passe avec le risque que cela comporte  » La plus grande des compétitions est l’entrepreneuriat ! « 
Il lance son premier projet en 2012, un service de conciergerie de luxe en marque blanche pour les Grandes Entreprises. Une expérience qui se soldera par un échec source de précieux apprentissages : la taille de marché qu’il adresse, la construction d’une solution avancée de CRM avant de trouver les clients,…
En 2014, il s’interroge avec un ami, Omar Kadiri sur ce qu’ils pourraient créer pour avoir une croissance phénoménale en peu de temps. Ils lanceront Lik, une application mobile permettant d’avoir un crédit gratuit de recharge téléphonique lorsque l’utilisateur consulte un certain nombre de publicités non invasives, au moment où il reçoit un coup de fil ou après avoir reçu une notification
La startup Lik sera un succès immédiat avec plusieurs centaines de milliers d’installations et plusieurs millions de Dhs de bons de commande et réussira à intégrer le programme d’accélération de the Family. Lik devra arrêter son activité en raison de désaccord entre cofondateurs et investisseurs. Ismail en tirera deux enseignements clés, celui de s’assurer que l’intérêt des investisseurs est purement économique et que la plateforme technique est suffisamment robuste pour soutenir la croissance de la base des utilisateurs
Après une expérience où il réplique le modèle de Lik en interne chez un FMCG avec BLAAN puis dans un startup studio, il rejoint Heetch à son lancement au Maroc comme country Head où il aura l’opportunité de développer la Marketplace et de consolider ses compétences de fondateur de startup
Souhaitant se relancer dans la résolution d’un problème majeur, il fonde Wafr avec Reda Sellak, une Fintech qui conjugue les enseignements de ses différentes expériences précédentes, au coeur de la dynamisation du marché des paiements mobiles. Wafr cherche à se faire une place sur un marché de 190 milliards de DH de paiements en cash par an dans les épiceries, en créant de la valeur entre les épiceries, les marques de produits de grande consommation et le secteur régulé des établissements de paiement
  » Le marché des paiements mobile fonctionne mal parce que ce n’est pas quelque chose que les gens veulent « 
  » Make something people want  » pour reprendre la mantra du YCombinator
La solution de paiement mobile proposée par Wafr vise à lever un des verrous majeurs de l’inclusion financière en alignant les intérêts de l’ensemble des parties prenantes :
  • FMCG : faire grossir leurs volumes de ventes et parts de marché en épicerie
  • Epiceries :  augmenter leurs marges
  • Clients : bénéficier de réduction sur les achats ou en recharge téléphonique 
 
Le modèle économique de Wafr s’appuie sur 3 piliers : la négociation d’une réduction sur le prix commerçant, un volet fidélisation et la remise sur les prix des recharges téléphoniques (modèle de grossiste)
Ismail nous relate les étapes clés du parcours de combattant que la startup mène depuis 2 ans pour qu’elle puisse trouver son Product Market-Fit. La Fintech est actuellement en cours d’intégration avec un partenaire établissement de paiement pour pouvoir lancer son offre sur le marché.